TODA RABA

1 Un Hindou lutta longtemps contre courant le courant qui emportait sa barque vers la cataracte ; lorsque le grand lutteur a compris que tout effort était vain, il croisa les rames et se mit à chanter. Ah ! que ma vie devienne ce chant : je n’espère plus, je ne crains plus, je suis libre.
2 Bouddha aimait à dire qu’un oiseau qui passerait au-dessus d’une montagne en la frôlant de ses ailes, parviendrait un jour à la polir et à la rendre accessible. Pourquoi ne pas espérer que dans quelques millénaires seulement, qui passeront comme un éclair, les grandes idées généreuses, en frôlant de leurs ailes d’ombre notre petit cœur de granit, arriveront au même résultat. (Eleni)
3 La Crète est un rocher rouge sur une mer indigo. Sur la carte, la Crète apparaît comme un long navire voguant entre l’Europe, l’Asie et l’Afrique.
4 Ses grands yeux d’enfant planent par-delà les arbres nus, loin. Tout à coup : « Est-ce qu’il y a chez vous aussi des hommes qui exploitent des hommes ? Que faites-vous pour les délivrer ».
5 Vous me rappelez le pauvre philosophe de la barque. Il dit à son batelier : « Sais-tu la philosophie ? Non – Non ? Alors tu as perdu la moitié de ta vie ». Peu après une violente tempête se lève « Eh philosophe, crie le batelier sais-tu nager ? Non. Non ? Tu as perdu toute ta vie. »
6 L’homme pour agir doit être affamé, camarade. Affamé ! Affamé !
7 Tout homme est un Fils éphémère qui contient en lui le Père éternel.
8 Un vieux moine, au froc couleur de terre, courbé devant lui, sourit et lui demande l’aumône. Amita pose sur l’écuelle de grappes de raisin et une tranche de melon ; il la remplit. Mais le mendiant ne retire pas sa main. « Que veux-tu encore, mon père ? murmure Amita. Il y trois degrés de l’aumône. Le premier,  le plus bas est l’acte, tu l’as accompli ; le second plus élevé est la parole, je l’attends.
9 Vous devez avoir mâché, mâché, mâché des livres… J’ai honte. Oui, mon âme est une chèvre.
10 Un démon et un archange luttent toujours à chaque époque. Pour moi, archange est celui qui pousse vers en haut, celui qui m’aide à vaincre ma paresse, ma lâcheté, mon égoïsme ; celui qui élargit mon cœur et mon cerveau.